AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Opération Ougon Musou Kyoku X en Europe Ici
Derniers sujets
» Salut à tous
Sam 21 Sep 2013 - 7:41 par Faust Walkyria

» Topic du flood
Ven 30 Aoû 2013 - 18:03 par Oxachon

» Créations de Kranochi
Ven 30 Aoû 2013 - 15:53 par Oxachon

» Bonjour, je suis Kranochi !
Dim 17 Fév 2013 - 10:29 par Kranochi

» Mzalbil le marsupio
Jeu 17 Jan 2013 - 23:05 par Envy2

» Mon site sur les jeux doujin
Dim 16 Déc 2012 - 20:54 par Mzalbil

» Reprise musiques de jeux vidéos
Dim 9 Déc 2012 - 21:40 par patouf

» Vos morceaux honteux
Dim 9 Déc 2012 - 21:30 par patouf

» Sengoku Rance
Dim 9 Déc 2012 - 21:26 par patouf

Sujets similaires
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe

Partagez | 
 

 Collection de jeu vidéo : une industrie à part

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pipasrei
Nain Culte
Nain Culte


Masculin Cancer
Nombre de messages : 4077
Age : 30
Localisation : La Rochelle

Emploi/loisirs : Testeur de jeu vidéo / Caissier

Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Collection de jeu vidéo : une industrie à part   Mar 3 Mai 2011 - 12:43

EDIT : suite à un plantage de firefox... je n'avais pas tout sauvegardé, donc, j'espère que je n'ai pas fais d'oubli. A signaler que la majorité des photos ne sont pas issus de ma collection. Pour ceux qui ont la flemme de lire, je vous conseille de zapper directe à la fin avec des exemples de jeux chers


Alors que l’ère du dématérialisé prend une place de plus en plus importante dans l’industrie vidéoludique, un autre phénomène ironiquement prend de plus en plus d’ampleur dans l’industrie du jeu vidéo, celui de la collection. Nous allons nous intéresser de plus près sur ce sujet sans apporter de jugement sur cette passion particulière.


Avant d’entrer dans le vif du sujet, nous précisons que nous ne nous permettons pas d’émettre un jugement de valeur sur des choix de collections qui peuvent paraître aberrants aux yeux de certains, ou des sommes investies par d’autres (nous présentons juste les faits). Ce hobbies n’a pas de « logique » et concerne uniquement son propriétaire selon ses choix.
Collectionner, comme tout le monde le sait, il s’agit de rassembler un ensemble d’objets sur un thème particulier. Parmi les plus connus, on citera la philatélie (timbres), la numismatie (monnaies), la Bédéphilie (BD)… Pour les jeux vidéo, on utilise le terme de Vidéoludologie (ou Vidéoludophilie). Concrètement, il n’y a pas de différence avec les autres types de collections, le procédé reste identique. A noter toutefois que par son jeune âge, même si on trouve des prix assez élevés, les côtes n’atteignent pas par exemple le domaine de la philatélie avec des timbres comme le « Penny Rouge de 1847, ou bien encore le « Vermillon de 1849 » (chacun estimé à plus d’un million d’euros).




Un maigre aperçu de la plus grande collection au monde

Le but de cette collection varie selon les individus : pour certains, il s’agit tout simplement de passion, pour d’autres, il s’agit de combler un manque dans sa vie et d’autres afin de conserver une partie de l’histoire du jeu.
En règle générale, à l’instar du bédéphile, le vidéoludophile ne commence pas sa collection sur un claquement de doigts. Il s’agit à la base d’un fan qui à force de suivre sa passion sans revendre ses jeux commence à amasser indirectement pléthore de titres. Après l’accumulation d’un certain nombre de softs qui fleurissent dans sa bibliothèque, la personne va s’adonner à une nouvelle forme de jeu : la collection.
Oui, cette passion devient un loisir, comme la recherche de la pièce tant convoitée dans le meilleur état possible, au prix le plus attractif ou bien encore en fouillant chaque recoin des brocantes, des boutiques spécialisées, d’occasion, ou parcourir de font en comble le web (ebay, amazon, yahoo auction, item rakuten, leboncoin, forum dédié…).
Même si il y a des tendances, chaque collection est unique. Bien évidement, certaines tiennent plus du musée, mais sachez qu’il n’existe pas de collection ridicule.


Les différents types de collectionneurs
En parlant de tendance, nous pouvons distinguer différents types de vidéoludophiles:

- L’amateur de fullset : Le fullset définit une collection complète dans un domaine précis. En général, on utilise ce terme par exemple pour celui qui rassemble tous les exemplaires des jeux de Super Nintendo en version PAL. Ici, la personne ne se soucie guère de la qualité des jeux, l’essentiel étant d’avoir l’ensemble d’une gamme d’un produit. Après, il y a différents mouvements de fullsetter. Certains se basent uniquement aux jeux sortis officiellement, d’autres incluront les cartmod, les unlicensed, version hack, tandis que d’autres vont se tenir qu’à un seul pays, série ou autre.


On trouve aussi des collections de console

Le spécialiste : Bien qu’il ne s’agit pas d’un vrai terme utilisé par les connaisseurs, on peut dire qu’il s’agit d’une variante plus soft du fullset. La personne ici s’intéresse à un domaine en particulier et s’y consacrera, mais écartera volontairement les titres auxquelles elle n’accorde aucune importance. A noter que dans certains cas, lorsque le spécialiste a obtenu toutes les pièces convoitées dans son domaine, il se lance plus loin en se disant qu’il est regrettable de manquer telle ou telle pièce et s’approche beaucoup plus de la vision du fullset.

L’amateur de blister : Ici, il s’agit de faire une collection en conservant les titres toujours neuf y compris dans 10 ou 20 ans. Si se procurer un jeu PS3 neuf n’est pas un challenge en soit, les choses se compliquent énormément lorsqu’il s’agit de jeu datant de l’époque 8 bits, ou 16 bits. L’idée est évidement de conserver le jeu par pur nostalgie comme lorsqu’on le découvre en magasin. Par contre, il est évident que dans le cas présent, le vidéoludophile ne pourra pas jouer avec l’exemplaire en question. Certains décident alors d’acheter un second exemplaire qui permettra de jouer, tandis que d’autres opteront pour des solutions comme le piratage afin de profiter pleinement du jeu. A noter qu’une partie des amateurs de blister font de l’investissement sur le long terme. Un investissement qui peut être parfois à double tranchant car ce marché n’est pas toujours stable (sauf les pièces vraiment convoitées)

L’amateur de pièce rare : Ici, la personne s’amusera à trouver non pas des titres comme forza ou call of duty, mais des jeux/goodies qui s’avèrent être en petite quantité.

L’opportuniste : Comme toute collection, certains ont repéré un filon qui peut rapporter gros si on investi bien comme il le faut. L’opportuniste est bien évidement quelqu’un de peu apprécié des collectionneurs, même si au final, il profite de ce système pour faire son business (il faut bien se nourrir). L’opportuniste profite du système de l’offre et de la demande pour gonfler les prix (ce qui marche parfois).

A noter que les collectionneurs ayant plusieurs supports, peuvent représenter un mélange de toutes les catégories ici présentes. Il est également important de préciser que certains ne collectionnent que les jeux, d’autres des consoles, d’autres des goodies (figurine, CD audio, DVD, manga…) liés aux jeux vidéo.


L'une des plus grosses collections de consoles (voire la plus grosse). Cocorico, appartient à un français !

Difficultés à construire une « vraie »collection
Contrairement aux idées reçues, il ne suffit pas d’aligner des billets pour obtenir une belle collection.
Il y a de nombreux facteurs qui mettront en difficulté le collectionneur. Bien sur, le facteur financier demeure l’une des principales contraintes. Lorsqu’on débute, les premières pièces à récupérer ne sont pas très coûteuses, mais pour d’autres, certaines se négocient à des centaines ou milliers d’euros. Le challenge consiste ici de trouver les produits en question au plus bas prix possible (bonnes affaires, ou profiter de l’ignorance d’un vendeur). Mais d’autres challenges se dresseront pour l’individu amateur de trésors.
Tout d’abord, certains jeux/consoles/goodies se trouvent en quantité très limités ou s’avèrent être convoités. Quand il existe un objet unique, ou même à 200 exemplaires datant d’il y a 20 ans, il ne sera pas aisé à la personne de trouver ce qu’elle désire, y compris avec internet. Il faut parfois patienter des mois avant de pouvoir apercevoir l’objet en question. Sans même parler de critère d’ancienneté, il suffit qu’une opération marketing autour d’un collector très limité réussie, il sera alors bien difficile de le trouver.

Pour les fullsetter, une autre difficulté s’ajoute : le manque d’informations. En effet, il n’existe pas ou peu de listes concrètes sur l’ensemble des titres sortis sur une console. Si pour le Virtual Boy cela ne pose aucun souci, les choses se compliquent dans le cas de la Super Nes ou de la PS2 par exemple.
D’un coté, la Super Nes propose un panel de jeux important, mais également un nombre de titres obscurs officiels qui s’ajoute à la liste, sans oublier les versions hack, cartmod ou jeux commercialisées après la mort de la console de Nintendo.

Pour la PS2, son nombre de jeux, calme d’emblée les fullsetter. Sony a annoncé récemment que la console comporte 10828 titres différents dans tous les pays confondus (Japon, Corée, USA, Europe, Australie, Corée, Inde…). Un chiffre auquel, nous émettons quelques légers doutes puisque de notre coté, nous estimons que la PS2 a vu naitre plus de 6000 jeux vraiment différents sur sa console. Si on se fie à des listing comme celui de gamefaq (qui propose l’un des plus grandes databases), le site estime plus de 5900 jeux avec des doublons. Il manque dans ce listing quelques titres particuliers indiens comme Buzz ! the Moha Quizz, ou d'autres comme Dragon Ball Z2V, Professeur Sudoku… Quatre solutions s’avèrent possibles dans cas de figure, soit Sony compte involontairement des doubles (genre Zettai Zetsumei Toshi au Japon et SOS the final escape en France), soit les versions platinium et collector, soit il y a près de 5000 titres commercialisés dont le référencement demeure quasi inexistant sur presque aucun site. Ou alors, le papa de la Playstation ment sur les chiffres. Toujours est-il que ce soit 10000, ou 6000 jeux, il faut déjà pouvoir tous les trouver.


Un jeu comme dragon Ball Z 2V est rarement mis dans les listings. Ce dernier représente le prix d'un concours de V Jump. Il s’agit tout simplement de Dragon Ball Z budokai 2 avec un personnage supplémentaire (Cooler). Le jeu est limité est à 1000 exemplaires.

De même, une personne souhaitant faire le fullset PAL de la néo géo va se heurter à des problèmes, comme par exemple, Kizuna Encounter qui n’existerait qu’en 5 exemplaires… (voir dans le topic en bas pour plus de précision).
Dans tous les cas, sans un listing 100% officiel complet, il est difficile d’établir un véritable full set.


Les différences d’un pays à l’autre
Cela peut paraitre étrange, mais il y a de grandes disparités sur le plan des collections d’un pays à l’autre :

En France (et Europe)
Parmi les grandes puissances de l’industrie vidéoludique, la France fait ironiquement partie des pays ou le jeu vidéo est le plus cher. Parmi les particularités françaises à souligner, c’est que pendant très longtemps bon nombre de personnes ont totalement négligé leur jeu. Autant, maintenant, un boitier PS3 ou Xbox 360 se change aisément via la jaquette interchangeable, par contre, si la boite du jeu super nintendo se détériore (très fragile en plus), il se change difficilement. Du coup, les jeux rétro en état mint (quasi neufs) ou en bon état sur la toile se négocient plus cher qu’ailleurs. Même si certains restent abordables, pour d’autres, les côtes s’envolent rapidement (sauf coup de chance).
Autre point à signaler, concernant le rétrogaming, vous souvenez vous des gros blisters rigides qui étaient sur les jeux super nes, nes, master system, game boy, game gear… ? Il s’agit également d’une particularité à la française.


Les plus jeunes d'entre vous ne connaissent pas (sauf pour les jeux buzz), voici un blister rigide super nes

Même si il existe quelques blisters rigides dans d’autres pays, la France est certainement le pays qui en possède le plus, puisque une bonne partie des titres de l’époque en possédait un.
Par contre, dans le cas présent, la côte du jeu s’envole avec ce blister particulier, car contrairement à un blister souple, le rigide ne laisse aucun doute sur l’état neuf du jeu rétro. Autant dire qu’un secret of mana, ou un final fantasy VII en blister rigide coûtera excessivement cher.
Au niveau du marché PC, la France a delaissé depuis la fin de l’ère des CD-Rom les grosses boites carton avec des notices qui tenaientt parfois plus du guide. Depuis, les éditeurs se sont orientés vers un simple boitier DVD avec une notice de moins en moins présente.


Autre point que les plus jeunes ne connaissent pas : les grosses boites PC

Les jeux PC coûtent en moyenne 20€ moins cher que le marché console. D’ailleurs, lorsqu’on fait un tour sur les collections référencées sur divers forums, on aperçoit rarement des vrais collectionneurs du nouveau marché du PC. Même un collector sympathique comme Alone In The Dark, ou Far Cry 2 se négocie qu’autour de 2€ (et neuf)…


En Chine
De son coté, La Chine a véritablement 3 marchés (certains aspects s'appliquent pour la Corée du Sud).
Le premier est un mix du marché occidental, et japonais tant sur le plan des jeux consoles que des jeux PC. Un marché assez classique en soit.


Ah les joies de la Chine avec des KOF, Diablo II, et Saint Seiya sur master system

Le second est naturellement lié à l’image de la Chine : « la contrefaçon ». Il existe toutes sortes de produits pirates, allant de la simple contrefaçon d’un jeu, mais aussi de nombreux hack ou conversions qui proposent ainsi des jeux jamais sortis sur la console en question, comme par exemple un KOF sur master system, un Tekken VS Virtua Fighter ou bien encore Soul Calibur sur megadrive… pareil pour les goodies.
Même si dans le tas, la plupart des titres n’intéresseront guère les foules par leur nullité, il existe en revanche d’autres petits hack plutôt sympathiques proposant parfois un packgaging à la hauteur.




En haut, le collector chinois pirate de Final Fantasy qui comprend presque toute la série, et en bas, le collector exclusif officiel chinois de Final Fantasy XIII

Enfin le dernier marché est lié à la production locale. Contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer vu le faible impact du jeu vidéo chinois en occident, il y a une multitude de jeux en Chine assez sympathiques sur PC. Il est vrai qu’une bonne partie de cette industrie manque encore de maturité sur le plan de la réalisation, mais de l’autre, les soft offrent un coté exotique et une patte artistique fort appréciable. Pour ce marché, nous apprécierons le soin apporté au niveau du packaging. Pour les collectors basiques, on trouve en général l’OST, un livret assez imposant, des mini cartes de collection avec un boitier DVD plus volumineux qu’en Occident.

Aux USA
Pas de grandes différences à signaler avec l’Europe, bien sûr, le pays de l’Oncle Sam possède beaucoup plus de jeux que nous, et ont connu des pépites telles que Chrono Cross, Xenogears et plein de nombreux autres titres. Les américains se trouvent également bien mieux lotis en termes de collector.
Au niveau des principales différences à signaler, on remarquera la présence des coques VGA. Aux USA, les blisters rigides n’existent pas, et les blisters souples ne sont pas fiables (facilement bidouillables).


Donc, une société spécialisée (Video Game Authority) propose ses services moyennant finances pour expertiser chaque jeu, en fonction de leur état, et les placent sous une coque spécifique avec un système de notation. Bien sûr, on y place uniquement les pièces rares/demandées et en bon état. Entre 100 et 85+, vous possédez une pièce d’excellente qualité. Naturellement, ce genre de procédé gonfle le prix de vente, car l’état de celui-ci est certifié et vérifiable sur le site de VGA (donc, tricherie difficile).

Au Japon
La mine d’or des collectionneurs ! Déjà parce qu’on y trouve une bonne partie des jeux ayant marqué l’histoire vidéoludique, mais aussi parce que les japonais sont beaucoup plus soigneux que leur homologue occidentaux. On trouve facilement des jeux super famicom, famicom, megadrive, PS1… à des prix ridicules, neuf ou mint. Contrairement aux européens, il y a un culte du goodies : en effet, on peut trouver une bonne majorité des sagas : des Ost, des artbook et des tonnes de figurines. Il y a des boutiques (super potatoes, mandarake…) qui possèdent des milliers de jeux, un véritable paradis pour le collectionneur, tandis que des sociétés comme Square Enix possèdent leur boutique personnelle.

[center]
Sephiroth taille réelle dans le square enix shop tokyo


Au niveau des collector, le pays du soleil levant est aussi en général plutôt gâté, il applique depuis des années des bonus goodies de précommande (présents aussi en occident pour certains jeux de niche, ou des grosses licences, dont l’impact est moindre).


Enfin, à l’image du collector de Otomedius X ci-dessus, le Japon propose son lot de musées des horreurs, même si le contenu en lui même est sympa (OST, DLC... et un fauteuil à l'effigie du jeu avec des enceintes intégrées). L'art et la finition ne justifient pas les 400€...

Du coté du monde du PC, à l’instar de ses voisins chinois, on constate que le marché se segmente en 3 grandes parties.
La première est équivalente à la notre, il n’y pas de différences avec les blockbuster. Le second se spécialise sur le marché de niche des productions pro nippones : à savoir toute la vague des RPG Falcom, des visual novel/eroge comme Utawarerumono, Kanon, Real Kanojo… A noter que ce marché se distingue véritablement du marché occidental : il s’agit de titres qui conservent comme à l’ancienne des packaging assez imposants en carton avec en général divers bonus (OST, et beau livret). Le jeu se situe souvent dans un boitier CD (et non boitier DVD) sans jaquette. Au Japon, il s’agit d’un véritable marché de collection où certains prix s’envolent, car les nippons trouveront rarement ce genre de japonaiserie descendre sous la barre des 10€.


Un exemple de packaging de visual novel

Le troisième marché est lié à la scène doujin. On trouve des tonnes des jeux souvent basés sur des licences connues à petits prix conçus, par des indépendants, bien que ce soit des jeux rares, les petites bourses apprécieront leurs prix très abordables même si quelques exceptions changent la donne comme les 5 premiers touhou qui tournent autour de 1000/1500€ l’exemplaire.


Stratégie commerciale
Naturellement, les entreprises réalisent que le marché du jeu vidéo est également un marché de collectionneurs. Bien entendu, le premier aspect important pour ce type de marché à ne pas négliger est la jaquette. Déjà, on sait que pour le consommateur de base, la jaquette est la première impression sur un jeu, mais pour un collectionneur, cet impact grandit puisque celui devient un objet pour être mis en avant. Bref, maintenant, les sociétés privilégient un bel art réalisé par des vrais artistes, plutôt qu’une jaquette réalisée en 3D avec un effet contrasté du photoshop foireux (tendance inversé en occident pendant la génération PS1).
Même si on trouve quelques perles au niveau des jaquettes horribles (yakuza 3 PAL, wartech…), en général, les entreprises ne commettent plus les mêmes erreurs qu’il y a 20 ans.
Du côté des éditeurs, de plus en plus proposent leur boutique en ligne personnelle. Outre le fait qu’il génère plus de bénéfices puisqu’aucun intermédiaire ne touche d’argent, il offrent des contenus et goodies exclusifs afin d’attirer le chaland.

Voici quelques exemples
http://store.nisamerica.com/
http://www.falcom.co.jp/mailorder/index.html
https://ssl.square-enix-shop.com/SqEx/fr/ShowTop.action?
http://store.blazbluegame.com/
http://www.cave-shop.jp/


Sur le site de NisAmerica, on peut trouver de belles giclees

Quant à lui, Nintendo opte pour une stratégie un peu différente. En effet, lorsque vous achetez des consoles, ou des jeux Nintendo (et certains jeux tiers), la firme nippone offre des points. En cumulant suffisamment de points, vous pouvez échanger cette monnaie virtuelle contre des jeux, goodies et autres bonus du genre. Le Nintendo-club européen ne possède pas la qualité des « trésors » que procurent les japonais ou américains, mais on y trouve quand même de belles pièces à l’instar de la statuette de Zelda.

Maintenant, les entreprises exploitent 2 filons pour le collector. Déjà, ils proposent le collector avec un DLC, la stratégie ici a pour but de pousser le non collectionneur à acheter le contenu supplémentaire en proposant le jeu plus onéreux. L’autre stratégie consiste à mettre en place 2 collector différents : une édition collector de base, et l’édition de ouf. Les gros collectionneurs auront tendance à acquérir les 2 exemplaires.


Pour Tekken 6, une des éditions collector contient un pull et l'autre un stick arcade

Comme nous l’avions précédemment, les opportunistes et vendeurs spécialisés repèrent les belles pièces et tentent de les revendre un prix exorbitant dépassant la côte officielle. Si la demande du jeu est suffisante par rapport à l’offre, le jeu partira sans soucis, et les prix grimperont de manière exponentielle. Par contre, la gestion des stocks nécessite un certains soin, car en général, si la personne propose d’un coup 20 exemplaires d’un même jeu rare, la valeur diminuera.



Quelques exemples jeux chers (nous n’incluons pas les versions prototypes qui sont à part).
Nous précisons que nous n’avons pas mis tous les exemples possibles et que certains jeux sont beaucoup plus chers que certains jeux listés ici (en général, quand on s’oriente vers la néo géo).
On touche ici véritablement à l’un des aspects de la collection, les pièces en question possèdent ici des anecdotes qui les rendent très prisées.

Stadium Events
Il s’agit du jeu le plus cher de l’histoire du jeu vidéo (mais pas du plus rare). Stadium Events est un jeu qui fut commercialisé en 200 exemplaires aux USA (d’autres sources parlent de 2000). Ironie du sort, celui-ci fut vendu avec une manette particulière qui fut rachetée par Nintendo. Au final, Nintendo rappellera aussi la quasi-totalité des jeux sauf 20 exemplaires. Un exemplaire d’occasion a été vendu en lot pour 13105$ début 2010. Tandis que le 26 février 2010, un exemplaire neuf se vendra à 41300$. Actuellement, un exemplaire neuf sous coque VGA (75) est en vente sur ebay pour 39999,99$.




Gamma Attack
Il s’agit ici du jeu vidéo le plus rare qui existe dont le statut tient de la quasi légende. Pourquoi considérer comme une quasi légende ? Car le jeu était présent dans la liste officielle des jeux sortis sur Atari 2600 sauf que personne ne semblait le posséder. Le collectionneur Anthony DeNardo réussira à trouver l’unique exemplaire du jeu. Enfin, d’après certains, il existerait 20 exemplaires du jeu, mais seul celui-ci a été recensé. Gamma Attack a été mis en enchères pour 499999$, mais l’enchère ne décollera pas.



Tetris Megadrive
Il s’agit d’un jeu produit par Sega, mais qui n’a pas pu sortir légalement pour des raisons de droit (vu qu’à l’époque, « Nintendo détenait les droits »). Selon les estimations, il existerait 10 exemplaires dont un dédicacé par Alexey Pajitnov (le créateur de tetris). L’exemplaire dédicacé appartient à Mundocombo qui a pu discuter avec le créateur russe.




Kizuna encounter PAL et Ultimate 11 PAL
Si nous regroupons les 2 jeux ensemble, c’est qu’ils possèdent tout simplement la même histoire. Les 2 jeux ont été vendus exclusivement dans une boutique à Stuttgart (et quelques exemplaires auraient été achetés par une boutique Australienne). Les 2 jeux en question ont connu un flop, et auraient été rappelés en grande quantité par SNK pour se servir du packaging et de la cartouche pour d’autres jeux. Selon les estimations de certains, il y a 5 copies de chaque titre qui seraient chez des collectionneurs, mais rien ne dit qu’il y en ait pas plus. Le dernier exemplaire vendu est parti à 12500$ sur ebay.

Un des rares Kizuna Encounter PAL


1990 Nintendo World Championships: Gold Edition
Il s’agit de l’un des jeux NES les plus rares, aussi rare qu’un stadium events. Nintendo organisa un tournoi dans une trentaine de villes américaines sur ce « jeu ». Les tournois se divisèrent en 3 tranches d’âge. 1990 Nintendo World Championships est en quelque sorte une mini compilation de démo de 3 jeux Nes : Super Mario Bros, Rad Racer, and Tetris. Les jeux étaient limités à 6 minutes et 21 secondes de temps chacun, et le but était d’atteindre le meilleur score possible sur les 3 jeux cumulés. Les joueurs ont dû rapidement trouver des bidouilles afin de multiplier les scores.
Au final, il existe 116 cartouches de jeu 1990 Nintendo World Championships. 90 d’entre elles sont grises et furent remises à tous les finalistes de ce concour (numérotées). Les 26 cartouches restantes sont l’édition gold edition (pas du vrai or ), qui représentaient le prix à gagner lors d’un concours de Nintendo Power magazine (par contre, non numérotées). Lors d’une enchère le jeu a dépassé le prix de 21000$.



Final fantasy VII
Oh la ! Pourquoi nous mettons Final Fantasy VII vu qu’il est tout sauf un jeu rare ? Bien que le jeu fut vendu à pratiquement 10 millions d’exemplaires à travers le monde et qu’il s’agit du second jeu le plus vendu sur PS1, il n’en demeure pas moins un jeu très demandé et qui a connu sa valeur gonfler. Bien sûr, un exemplaire d’occasion se trouve facilement entre 30 et 50€ (ce qui est déjà énorme pour un jeu aussi courant), mais là, où les prix s’envolent, ce sont pour les premières versions sous blister souple ou version dédicacée. Aux USA, un exemplaire sous blister souple est parti récemment à 700$. Imaginez le prix actuel d’un FFVII français sous blister rigide ! Evidemment, il y a plein d’autres jeux plus onéreux, mais nous illustrons ici que la demande influence tout autant la cote des prix que la rareté.

Oui, FFVII existe sous blister rigide. Nous n’osons pas imaginer le prix de celui ci, si il se vendait

Secret of Mana 2 PAL
Non, nous n’avons pas fumé, il existe désormais des Secret of Mana 2 PAL qui circule en France, en Allemagne et en Angleterre. Le jeu n’est jamais sorti officiellement dans nos contrées, mais grâce au cartmod :une technique de bidouillage des cartouches de jeux vidéo qui permet de faire par exemple en sacrifiant une cartouche, de réaliser une version PAL traduite d’un jeu jamais sorti. Le prix de secret of mana 2 PAL a dépassé une fois, la barre des 400€ sur ebay. Tout comme FFVII, il ne s’agit pas du jeu le plus cher qui existe, mais même des « contrefaçons » peuvent se vendre à prix d’or.




Castlevania: Lords Of Shadow collector français
Voici un exemple qui prouve qu’il n’y a pas que les vieux jeux qui peuvent avoir des cotes monstrueuses. A noter que le collector PAL anglais et allemand sont identiques sur le contenu, et les langues disponibles à l’intérieur du jeu. La seule différence se situe sur la langue de la jaquette et du manuel. Seule la version française est concernée par une montée des prix flamboyante. Tout d’abord, le collector connut des reports suite à des difficultés liées à la conception du God Mask qui a ralenti la production de ce fameux collector. L’histoire raconte que la version collector française n’est pas sortie dans notre territoire suite à un non respect des cahiers des charges. Malgré tout, une poignée de collector était disponible à la sortie du jeu en Suisse. Aucune source officielle le confirme, mais il existerait selon certains entre 114 et 250 exemplaires de ce collector devenu introuvable. Les collector anglais ou allemands se négocient autour de 80€ en moyenne, la version française se situe entre 250€ et 800€…


Bangai O price edition
Clairement l’un des jeux vidéo les plus rares qui existent. En effet, il existe que 5 exemplaires dans le monde qui étaient à gagner lors d’un concours de scoring organisé par Treasure. On reconnait cette version particulière grâce à son sticker servant à distinguer les 5 gagnants.


Lyrical ~Dramatic Stories~ édition fake DS
Suite à un délire entre la société Marmalad et la société de commerce toranoana, ils ont décidé de réaliser un packaging spécial du jeu pour le fun en reprenant un boitier DS. Pourquoi un boitier DS ? Tout simplement à cause du titre puisque « Dramatic Stories » en acronyme forme DS. Pour la petite précision, il s’agit d’un jeu PC.

Le délire a été poussé plus loin, puisqu’ils ont repris la carte de téléphone collector du jeu (disponible lors de la précommande) en faisant une sorte d’interface dessus avec 2 écrans, comme la DS…
Toutefois, cette version n’a pas été commercialisée dans les boutiques traditionnelles puisque cela poserait des soucis de droits vis-à-vis de Nintendo. Par contre, il semblerait que quelques exemplaires furent vendus via la boutique toranoana qui vend beaucoup de doujin game, et autres produits non officiels.


Touhou Project 1 à 5
Comme nous l’avions déjà signalé, les doujin game sont en général très abordables niveau tarif, à l’exception des 5 premiers touhou qui se négocient entre 1000 et 1500€ pièce. Le nombre d’exemplaires n’est pas communiqué, mais il existe très très peu de jeux. La saga possède plus de 200 jeux en boites, et certainement 20000 produits dérivés (entre les jeux, doujinshi, doujin ongaku, statuette…). Autant dire que cela représente un challenge de taille pour les fullsetter orientés séries.



Bubble Bath Babes / Peek A Boo Poker / Hot Slots
Qui a dit que le cul n’était pas vendeur ? Nous vous présentons la trilogie des jeux Panesian sur nes. Vous vous en doutez, il s’agit de 3 jeux olé olé qui connurent leur heure de gloire pour les pervers sur nes… Ou pas., Ils ne sont pas sortis avec l’aval de Nintendo. Panesian pour commercialiser son jeu a du contacter des magasins en particulier afin de pouvoir vendre leur jeu. Selon les estimations, il y a moins d’une centaine de jeu de chaque. Naturellement, ce coté décalé par rapport au produit Nintendo combiné à leur rareté provoqua rapidement une montée des prix atteignant parfois 1000€ (le jeu).

Histoire de glisser une anecdote pour les consoles, lors des certaines soirées sportifs (match all star dans la NBA, ou bien encore le superbowl dans le football américain), les constructeurs proposent à des superstars de produire le design d’une console. Chaque console se rattache à un sportif en particulier pour ainsi devenir un unique exemplaire à faire gagner à une personne lambda lors de ses soirées particulières.


Par sa nature industrielle, le jeu vidéo ne possède l’icône de collection que l’on peut louer à aux beaux arts dont les artefacts sont souvent uniques, artisanales. Pareil, la présence relativement jeune du jeu vidéo fait que l’ensemble de ce marché est relativement « abordable » si l’on compare d’autres formes de collections industrialisées. D’ailleurs, il est difficile de savoir à l’heure actuelle si la collection de jeu vidéo perdurera dans le temps, dû à un certains flou sur la durée de vie des données des cartouches ou de certains CD, voire l’action des DRM. Même si le dématérialisé prend une place de plus en plus importante via des plateformes comme Steam, des échecs comme la PSPgo, le Xperia Play montre que les gens attachent encore de l’importance à l’objet.
Actuellement, il s’agit d’un marché en pleine essor qui touche de plus en plus de joueur. De plus le regain d’intérêt du rétrogaming provoque un nombre de demandeurs plus important que dans le passé. Auparavant, il était assez facile de trouver de belles pièces en brocante à bas prix, ou dans des happy cash mais avec la magie d’internet et des acheteurs concurrents, les choses vont se compliquer de plus en plus.
Et vous, attachez vous de l’importance à une boite, une notice ou au contraire, appréciez vous les joies du dématérialisé avec le gain de place qu’il procure chez vous ? Êtes-vous collectionneur ?

_________________


Dernière édition par pipasrei le Mer 29 Juin 2011 - 6:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doujingame.mygoo.org
BspoFear
VIP gameur
VIP gameur


Masculin Cancer
Nombre de messages : 691
Age : 29
Date d'inscription : 15/07/2008

MessageSujet: Re: Collection de jeu vidéo : une industrie à part   Jeu 5 Mai 2011 - 12:25

ouooooo c'est des truc de fous mine de rien ^^' Surprised

En tout cas bon dossier tres complet ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pipasrei
Nain Culte
Nain Culte


Masculin Cancer
Nombre de messages : 4077
Age : 30
Localisation : La Rochelle

Emploi/loisirs : Testeur de jeu vidéo / Caissier

Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Re: Collection de jeu vidéo : une industrie à part   Sam 7 Mai 2011 - 16:34

J'avais parlé de console à modèle unique (ou cher), voici quelques exemples avec les consoles liés à des jeux de sports.
Ironiquement, hormis exception, les jeux de sports sont abordables (forte concurrence/distribution, et des versions améliorés qui sortent chaque année).
Par contre, pour les consoles, c'est différent. Ce sont des modèles en général liés à des événements sportifs important tels qu'une soirée allstar pour la NBA, l'ouverture du superbowl... Bref, des consoles personnalisés rattachés à un grand sportif est produit.
Ce sont des consoles à gagner via des concours

Exemplaire unique attribué à un joueur de basket






Exemplaire unique madden NFL


D'autres consoles limités, mais moins rare, si je me trompe pas


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doujingame.mygoo.org
pipasrei
Nain Culte
Nain Culte


Masculin Cancer
Nombre de messages : 4077
Age : 30
Localisation : La Rochelle

Emploi/loisirs : Testeur de jeu vidéo / Caissier

Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Re: Collection de jeu vidéo : une industrie à part   Mer 29 Juin 2011 - 6:58

Mises à jours de l'article (suppression des fautes, amélioration de certaines tournures de phrase, ajouts de nouveaux exemple)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doujingame.mygoo.org
Breizh
Nouveau
Nouveau


Masculin Poissons
Nombre de messages : 26
Age : 31
Localisation : À l'ouest…

Emploi/loisirs : Étudiant en fin de droits

Date d'inscription : 24/06/2011

MessageSujet: Re: Collection de jeu vidéo : une industrie à part   Mer 29 Juin 2011 - 9:39

Ça c'est du dossier ! O_o

J'ai appris plein de choses, et j'en suis venu à la conclusion que n'entrant dans aucune catégorie, finalement je ne suis pas un vrai collectionneur. =)

Pour répondre à la question finale, je reste très attaché au fait de pouvoir lire un manuel, avoir la boîte du jeu. Je regrette d'ailleurs les nouveaux formats se limitant à une jaquette DVD et un pauv' manuel d'installation de 3 pages, le reste étant en .pdf, voire sur le site officiel de l'éditeur, au mieux. u.u
Il est où le temps des manuels de 150 pages, avec tout les descriptifs des unités du jeu (STR), compétences d'un personnages, histoire du monde, légendes, bestiaire et autres anecdotes enrichissant l'univers du titre ? J'avais adoré les 2 manuels de Diablo (premier du nom) : un manuel avec toutes les infos "habituelles" : l'histoire du monde sur plus de 15 pages, des pages de bestiaire, etc. Et un second manuel reprenant en anglais (et surtout) en français l'intégralité des dialogues et citations du jeu (in-game is english only).

D'un autre côté, l'apparition du dématérialisé permet à des petits studios indépendants de distribuer leurs bébés à moindre frais et de manière bien plus efficace (Steam, XBox live & cie…) qu'auparavant.
Pi accessoirement certaines promotions sont carrément indécentes (-75 % et plus). XD

Le problème est que maintenant tous les gros éditeurs profitent du dématérialisé pour vendre leurs jeux au prix du "matérialisé", voire plus cher ! C'est ça que je trouve absolument scandaleux. Les produits démat' devraient d'office être à -10 % ou -25 % moins cher que le matérialisé, afin de compensé l'absence des frais de distribution.
Du moins c'est mon point de vue old-scool qui ressort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lafindestemps.net
pipasrei
Nain Culte
Nain Culte


Masculin Cancer
Nombre de messages : 4077
Age : 30
Localisation : La Rochelle

Emploi/loisirs : Testeur de jeu vidéo / Caissier

Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Re: Collection de jeu vidéo : une industrie à part   Mer 29 Juin 2011 - 10:55

Pareil, la disparition des manuelles, ou leur diminution de nombre de pages est relativement dommage. Comme tu le dis, les vieux jeux PC étaient plutot généreux en termes de page.

Si ma mémoire me trahit pas, les notices des Flight Simulator 5.0 et 5.1 étaient juste monstrueuses. Les notices des vieux jeux PC ressemblaient plus à des guides qu'a des notices par leur richesse d'information.

Maintenant non seulement, il y a plus beaucoup de pages dans les notices (quand yen a), mais les informations sont souvent inutiles, chiantes à lire.
Quand j'entends des éditeurs comme activision et compagnie parlait de suppression de notice pour des raisons écologiques, ça fait naturellement sourire alors qu'on sait tous qu'il s'agit d'une raison purement économique.
Bon, c'est vrai qu'avec les pauvres notices qu'on a, limite, ils peuvent les supprimer, ça permet d'économiser de l'énergie. Mais bon, il existe quand même le papier recyclable (de très bonne qualité aujourd'hui), et la possibilité de produit de l'encre à partir de l'eau (pas d'une bonne qualité par contre).
Puis, le dématérialisé n'est pas à l'heure actuellement la solution écologique, et quand je vois leur politique des DLC, leur principe écologique est juste à vomir (vu que les serveurs pompent pas mal d'énergie).

Et je suis tout a fait d'accord avec toi sur le principe des tarifs totalement abusif du dématérialisé. Autant steam propose parfois des prix très avantageux, mais je vois parfois de prix équivalent à la version boite, ou des prix dématérialisés qui ne diminuent jamais (alors que le prix de la version boite chute)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doujingame.mygoo.org
Breizh
Nouveau
Nouveau


Masculin Poissons
Nombre de messages : 26
Age : 31
Localisation : À l'ouest…

Emploi/loisirs : Étudiant en fin de droits

Date d'inscription : 24/06/2011

MessageSujet: Re: Collection de jeu vidéo : une industrie à part   Mer 29 Juin 2011 - 13:31

Ah oui, ils disent faire ça pour la planète, et à côté ils fournissent des pubs pour leurs autres jeux et/ou DLC sur papier glacé, le truc à peine polluant~

Me souviens de je ne sais plus quel jeu d'aviation avec des dizaines de pages de cours d'aéronautique dans la manuel... XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lafindestemps.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Collection de jeu vidéo : une industrie à part   Aujourd'hui à 9:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Collection de jeu vidéo : une industrie à part
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma collection de jeux vidéos :)
» COLLECTION DE KIBA
» Légo pirates des caraibes le jeu vidéo
» Quels films faut-il avoir dans sa collection ?
» Collection rouge (SEP)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doujin-Universe :: Passion :: Jeu vidéo :: Autres Jeux vidéo-
Sauter vers: